publié le : 15-12-2010

Air Liquide Welding se lance dans un grand projet de modernisation : « La plateforme de Vatry avait atteint ses limites ! » explique Luc Vandewalle, Directeur Supply Chain Europe d’Air Liquide Welding. Préparant en moyenne 2.300 commandes par jour et gérant 40.000 références, l’entrepôt de 18.000 m2 ne pouvait plus faire face à la progression de l’activité de la société ces dernières années : la version de son logiciel de gestion d’entrepôt ( LM 5 d’a-SIS) et l’obsolescence de son outil de préparation de commandes par terminaux Radio Fréquence, mis en place en 2000, dégradaient considérablement la qualité et la productivité du site. Air Liquide Welding décide alors d’agir en conséquence en investissant de manière significative dans la modernisation de sa plateforme : l’implémentation d’un nouveau WMS (LM7 d’a-SIS) est programmée pour mars 2011 tandis que le système vocal de préparation de commande est « pluggé » directement sur la version actuelle du WMS.
Après avoir accompagné l’industriel dans la définition de la nouvelle organisation et des processus, le cabinet de conseil Diagma a été mandaté pour l’aide au choix de ce nouveau WMS. Quant à l’intégration effective du système vocal, elle est réalisée conjointement par A-sis et Nomadvance. « Ce qu’il y a de très intéressant, c’est qu’aucun développement lourd n’a été nécessaire sur LM5 pour démarrer cette application vocale  ». précise Luc Vandewalle.
Le déploiement réalisé en mode projet est effectué par étape : 1 mois pour l’analyse fonctionnelle et les paramétrages (septembre 2010) ; 3 semaines pour le déploiement technique (octobre 2010) ; et après une semaine de tests, installation du module vocal sur le serveur de production LM 5 début novembre 2010. Les terminaux vocaux sont aujourd’hui tous connectés et équipent dorénavant les opérateurs. Le système tourne à plein régime depuis début décembre 2010. Pour Air Liquide Welding, la qualité est un des objectifs prioritaires. La société considère en effet que sa croissance doit passer par une logistique optimisée, proche du « zéro défaut » pour ses clients : les gains attendus sur la qualité de la préparation par cette technologie en mode vocal sont destinés à diviser par 2 le nombre d’erreurs de préparation. « Sachant que notre taux actuel approche des 0.10 % de « disqualité », nous pouvons viser un taux de qualité proche des 99.95% sur nos préparations de commandes clients. L’enjeu étant de concilier qualité, fiabilité et productivité. Le vocal devrait nous y aider. En termes d’image, c’est naturellement très bénéfique pour l’entreprise et sur le plan commercial, les gains sont évidents, même s’ils sont difficilement quantifiables » affirme Tanguy Roze. Des gains de productivité sont également attendus par l’industriel, mais leur estimation attendra vraisemblablement la mise en place du nouveau WMS