Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Trafics portuaires > Année de tous les records pour La Rochelle
publié le : 26-01-2012



Le grand port maritime de La Rochelle a fini 2011 à 8,4 Mt, battant son record de trafic global et dépassant Bordeaux. Mais il affiche aussi un record sur le trafic ferroviaire ainsi que sur le nombre de croisiéristes, à 36 466 passagers.Le grand port maritime de La Rochelle (GPMLR) a fini l’année 2011 sur un triple record.

En premier lieu, avec une hausse légère, 0,14%, le GPMLR finit l’année à 8,4 Mt. "Une performance que nous devons analyser avec les chiffres de 2009 et 2010. Au cours de ces deux années, le port a enregistré d’abord une baisse de 5% puis une hausse de 12%. Dans le contexte économique actuel, notre progression prend toute sa dimension", a souligné Nicolas Gauthier, président du directoire du GPMLR lors de la présentation des résultats le 13 janvier 2012 à La Rochelle.


Les vracs tirent les trafics

En 2011, le port a souffert de la crise économique mais aussi de mouvements sociaux sur les premiers mois de l’année avec la réforme portuaire. L’analyse des courants de trafic montre que ce résultat est tiré par les vracs agricoles et les autres vracs. Les premiers, composés de tourteaux et d’engrais, ont augmenté de 6,9% à 673 752 t.

Les autres vracs se sont envolés de près de 70%. Composés des trafics comme des coils, de l’aluminium ou d’éoliennes, les autres vracs "annoncent de nouveaux développements dans le port", a continué le président du directoire.


Record pour la pâte à papier

Deux courants en hausse quand les composantes traditionnelles du port affichent des baisses. Les produits pétroliers perdent 2,4% à 2,4 Mt. Les céréales perdent 1,6% à 3,5 Mt et les produits forestiers diminuent de 1% à 863 271 t.

Sur ce dernier courant, si les bois continuent leur repli, la pâte à papier bat un record à 680 000 t. Ces chiffres en hausse sont aussi pour le port charentais une étape puisqu’il est passé, en trafic global, devant le grand port maritime de Bordeaux, dont la direction du port ne fait pas trop étalage. "Nous militons pour une progression de tous les ports français."