Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Trafics portuaires > Année de transition pour La Rochelle
publié le : 09-01-2012

Le trafic du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire a atteint, en 2011, 30.6 millions de tonnes de marchandises traitées. L’activité est donc stable par rapport à l’année précédente (un peu plus de 31 millions de tonnes). Les résultats du port ligérien sont contrastés, les importations ayant reculé de 4.1%, alors que les exportations ont progressé de 5%. Le secteur énergétique, qui représente à lui seul deux tiers du trafic global du GMPNSN, a terminé l’année en baisse de 3.8% à 20.34 millions de tonnes (contre 21.14 Mt en 2010). La hausse par rapport à l’année précédente du pétrole brut (+5.1%, 8.36 Mt) n’a pas suffit à compenser la contraction du trafic de gaz naturel liquéfié (3.85 Mt, -21.5%), ainsi que celle du charbon et du coke de pétrole (1.81 Mt, -7.6%). 

Les produits raffinés sont quant à eux restés stables (6.3 Mt, -0.1%). « En raison de la concurrence des gazoducs transsibériens et face à des marchés déstabilisés par une forte demande asiatique, le trafic de gaz naturel liquéfié a chuté de plus de 20 % par rapport à l’année 2010. Les approvisionnements de charbon sont en baisse de près de 8 %, les températures hivernales ayant été clémentes et la centrale électrique de Cordemais ayant privilégié la réduction de ses stocks de combustible, après une année 2010 où elle avait été fortement sollicitée pour compenser les difficultés du parc nucléaire français. Le pétrole brut est en progression, tout comme les exportations d’hydrocarbures raffinés, et ce malgré la fermeture de certains marchés, dont les Etats‐Unis, pour partie compensée par des trafics ponctuels vers l’Afrique », explique le GPMNSN. 

Les marchandises diverses en forte progression

Malgré la modification de la ligne Antilles de CMA CGM en janvier 2011 et la réorganisation de la ligne océan Indien - Australie - Nouvelle‐Zélande de MSC en septembre, le trafic conteneurs est en croissance de 6.1 % en volume, atteignant 1.86 million de tonnes sur l’année. En nombre d’EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur), la hausse est de 5.3%, avec un total de 175.000 boites. D’après le GPMNSN, les récents services feeders au départ de Montoir‐de‐Bretagne vers les ports de l’Europe du Nord contribuent à cette évolution favorable. 
Les voyants sont également au vert pour l’activité roulière, portée par le développement de l’autoroute de la mer entre Montoir-de-Bretagne et Gijon, en Espagne, ouverte en septembre 2010. Ainsi, l’an dernier, le trafic roulier a plus que doublé par rapport à l’année précédente, dépassant la barre du million de tonnes (1.03 Mt, +111.3%). La première année d’exploitation est caractérisée par des résultats supérieurs des trois quarts aux prévisions initiales de l’armateur LDLines, qui exploite ce service. En 2011, plus de 18.000 poids lourds ont transité sur la ligne transgascogne. Le service a également favorisé l’implantation à Montoir‐de‐Bretagne du groupe CAT qui réceptionne, stocke et organise la distribution de véhicules neufs importés d’Espagne et de Turquie. 

Les autres trafics 

En dehors des trafics énergétiques, les autres vracs liquides, portés par les produits chimiques et agroalimentaires, augmentent de plus de 10 %, en raison du développement conjoint des usines Cargill et Diester de Montoir‐de‐Bretagne. Avec 1.58 million de tonnes, le trafic de céréales a, quant à lui, atteint un niveau record, en progressant de 2.5% par rapport à 2010. Ceci est l’une des conséquences des catastrophes naturelles qui ont impacté les principaux pays producteurs mondiaux, dont l’Australie et la Russie. Alors que les aliments du bétail, avec 1.76 million de tonnes traitées, chutent de 14%, la conjoncture agricole, difficile, impacte également les engrais (169.000 tonnes, - 18.8%). 
Le trafic de sable de mer suit quant à lui l’évolution du marché des bâtiments et des travaux public, marquant une contraction de 1.8% en 2011, pour finir l’année à 1.55 million de tonnes. C’est également le cas des exportations de ferraille de recyclage, destinée principalement aux aciéries d’Espagne et du Maghreb (389.000 tonnes, -3.6%).