publié le : 19-01-2012

 

Le port d’Anvers a réalisé en 2011 un trafic global de 187,15 Mt, en hausse de 5% malgré la dépression de fin d’année. Le trafic des conteneurs a atteint 105,1 Mt, en progression de 2,5%, battant même le record de 2008.

 
Si l’impact de la crise s’est accentué au cours des trois derniers mois de l’année 2011, Anvers est néanmoins parvenu à établir un record, dépassant le nombre des conteneurs traités en 2008. Par ailleurs, il traite moins de boîtes vides à repositionner que d’autres ports.

La direction fait preuve de prudence en ce qui concerne l’évolution de ce trafic conteneurisé étant donné que les armements s’emploient à restructurer leurs opérations. De nouveaux services peuvent en effet intervenir, d’autres être déviés.


Le trafic conteneurs poursuit son développement

Pour l’instant, Anvers dessert une douzaine de services directs Asie-Europe. C’est trop peu, aux dires de l’administrateur délégué Eddy Bruyninckx, qui considère qu’il faut déployer davantage d’efforts pour augmenter la part de ce marché, et profiter d’avantage des relations commerciales avec la Chine. Et de déplorer que le plus grand client MSC n’ait pas eu la possibilité de traiter plus de 4,6 M EVP par manque de place. Une solution à ce problème se préciserait.

Le trafic des conteneurs intervient désormais pour 56,2% du trafic global du port (contre 18,7% en 1991). C’est dire l’intérêt de développer davantage ce trafic.


Des trafics diverses satisfaisants

Toujours dans le domaine des diverses, le conventionnel/breakbulk a enregistré une progression de 14,1% à 12,7 Mt, résultat jugé certes satisfaisant, mais très loin des situations antérieures, Anvers ayant perdu d’importants trafics au profit de ports voisins, essentiellement néerlandais. Les fers et aciers connaissent une reprise, tandis que les trafics des fruits restent très importants.

Eddy Bruyninck fonde des espoirs sur un passage de la déclaration du nouveau gouvernement fédéral, qui stipule que le régime du travail des dockers sera adapté dans le cadre d’une concertation avec les parties concernées (patronat, organisations syndicales, médiateurs sociaux et autorité portuaire) dans le but d’arriver à sa modernisation.

Le trafic roro s’est également bien comporté : 4,24 Mt (+14%). Le trafic des voitures avec 1,05 million d’unités était en hausse de 14,7%.

Les vracs ont dans l’ensemble atteint 64,1 Mt (24,7% du trafic global), en augmentation de 7,1%.