publié le : 30-06-2011

Une équipe de douaniers américains a audité, début juin, les installations et l’organisation de MSC au port du Havre. Cet audit est une étape cruciale pour l’armateur suisse dans sa démarche d’obtention de la norme C-TPAT (Customs-Trade Partnership Against Terrorism), labellisant les mesures de sûreté et sécurité des marchandises pour les ports coopérant avec les Etats-Unis. « La certification C-TPAT est un avantage concurrentiel fort. Cet audit nous a permis de centraliser l’ensemble des informations relatives à la sûreté / sécurité de nos flux internationaux et de valider nos processus. Mais il ne faut pas baisser la garde car les exigences de la norme sont en perpétuelle évolution et il est important de mettre en oeuvre les moyens adaptés en lien avec nos différents prestataires » précise Benoît Douillet, directeur de l’agence MSC au Havre. A l’issue de sa visite, la délégation américaine n’a pas émis de recommandation. « Le verdict des auditeurs a été sans appel : une organisation parfaite et aucune recommandation à faire en termes de sûreté et sécurité. Une déclaration qui sonne comme une reconnaissance internationale pour tous les acteurs de la sécurité portuaire qui font du Havre l’un des ports les plus sûrs d’Europe », se félicite le Grand Port Maritime du Havre. 

Minutieux passage en revue

Le port du Havre a été retenu parmi la dizaine d’étapes de la tournée d’inspection des ports internationaux qui doit permettre à MSC d’obtenir la certification C-TPAT, équivalent américain du statut européen OEA (Opérateur Economique Agréé - certifie l’efficacité des mesures de sécurité et sûreté pour des marchandises sortant du territoire de l’Union Européenne ou y entrant). Tout au long de la visite, la délégation, composée de trois douaniers américains, était accompagnée de représentants de MSC. Les douaniers américains ont en particulier passé en revue les installations de MSC au Havre dont leurs locaux, les infrastructures du port, l’entrepôt de la société Galax (commissionnaire organisateur de transport), le dépôt de vides de MSC au Havre Medrepair, leur terminal actuel au quai Bougainville et leurs futures installations à Port 2000. C’est donc l’ensemble de la « supply chain » et ses intervenants qui ont été inspectés : sécurité documentaire, systèmes de sécurité opérationnels (contrôle et traçage des plombs scellant les conteneurs, pointeur sur portique, caméras dans les entrepôts), procédures douanières et traitement informatique des données, sécurité des locaux et du personnel MSC... L’audit s’est terminé par une rencontre avec les Douanes Françaises, qui a permis à la délégation américaine d’apprécier le professionnalisme de la chaîne de contrôle et sécurité de l’information au Havre. 

Un travail collectif dans la durée

Pour le GPMH, cet audit passé avec succès par MSC confirme la place prépondérante que Le Havre accorde à la sécurité des marchandises. Cette préoccupation est initiée à tous les échelons grâce à la synergie de tous les partenaires de la chaîne d’approvisionnement des marchandises : opérateurs de manutention, armateurs, douanes, transporteurs, dépôts de vides, logisticiens et service de Sécurité Portuaire du GPMH. TNMSC, opérateur du terminal de MSC au Havre, société commune entre Terminaux de Normandie (TN) et MSC, est parfaitement conscient de l’enjeu. Pour Christian de Tinguy, directeur général de TNMSC : « l’aptitude du terminal à déceler toute anomalie et à la gérer ainsi que les mesures de sûreté mises en place avant cet audit ont été considérées comme conformes aux exigences de la délégation. L’attribution de la norme internationale C-TPAT aura un impact fort sur TNMSC et les autres terminaux du groupe TN au Havre. » Autre acteur important de la supply chain, Cyril Charbaut, responsable de l’entrepôt logistique Galax, précise : « notre agrément OEA est un atout véritable dans le secteur de la logistique internationale car sûreté et sécurité sont aujourd’hui des pré-requis indispensables pour notre clientèle ». 
Pour le port du Havre, ces résultats ont été obtenus grâce à la collaboration entre les Douanes Françaises et Américaines, ainsi que par une démarche très volontariste des acteurs de la place dans ce domaine. L’autorité portuaire est, en effet, la première en Europe et la 2ème au monde à avoir obtenu la certification ISO 28 000 en matière de sureté : « Au-delà du code ISPS, le GPMH s’est engagé depuis 2009 dans une démarche de management de sa sûreté à travers cette norme, lui permettant ainsi de répondre à ses propres besoins tout en répondant aux enjeux d’une sécurité collective sur l’ensemble de la zone portuaire », estime Alain Leclère, agent de sûreté portuaire du GPMH.