Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Trafics portuaires > Baisse du trafic du Havre en 2010
publié le : 06-01-2011

Second port de commerce français, Le Havre, avec un peu plus de 70 millions de tonnes traitées en 2010, a enregistré une contraction de 5% de son trafic par rapport à 2009 (déjà en baisse de 8.5% par rapport à 2008). Cette nouvelle baisse s’explique essentiellement par la régression du trafic de pétrole brut, une tendance conjoncturelle qui impacte d’autant plus les résultats havrais que cette activité est, de loin, la plus importante du port en tonnage. 
Malgré une perte d’environ 4 millions de tonnes de son trafic global, le Grand Port Maritime du Havre a enregistré de bonnes nouvelles l’an passé. 2010 a, ainsi, marqué le retour à la croissance de l’activité conteneurs, malgré l’impact des mouvements sociaux liés aux réformes des retraites et des ports. 

Une belle année pour les conteneurs

Avec une hausse de 4% en tonnage et 5% en EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur), ce trafic a atteint 23 millions de tonnes et 2.4 millions d’EVP. Avec près de deux tiers des parts de marché des ports de l’Hexagone, Le GPMH est le premier port français sur ce segment. Alors que 60% des échanges sont réalisés avec l’Asie et 25% avec le continent américain, l’année a été marquée par une forte progression du trafic conteneurisé à destination de l’Inde, de la Corée du sud et du Brésil. 
Profitant du développement de ses infrastructures portuaires, notamment à Port 2000, Le Havre a accueilli le 6 décembre son 100ème porte-conteneurs géant de l’année. Désormais, les unités de plus de 10.000 EVP de Maersk, MSC et CMA CGM touchent chaque semaine le port normand avec les services AE8, Lion et FAL5. Dans le domaine des conteneurs, 2010 a aussi été l’année du Vietnam, avec des liaisons directes par des navires de Hanjin et CMA CGM entre les ports vietnamiens et Le Havre. Toujours entre l’Asie et l’Europe, New World Alliance a aussi choisi Le Havre comme premier port européen touché pour son nouveau service CEX, et confirmé par ailleurs la belle montée en puissance de son service Europe-USA (APX) lancé fin 2009. Côté Méditerranée, Maersk a choisi Le Havre pour son nouveau service Eurolev. Enfin, pour l’Europe du Nord, MSC a fait du Havre le hub pour le marché irlandais grâce au feeder de WEC. 

Les acheminements terrestres de conteneurs à la hausse 

L’année 2010 s’achevée sur un trafic hinterland en hausse, avec une progression des acheminements terrestres de 10%. La part de trafic hinterland atteint un de ses meilleurs niveaux, représentant 78 % du trafic total, avec 1.8 million d’EVP transportés, un résultat comparable à celui de « l’avant crise ». Les volumes de transbordement, plus volatils, ont quant à eux été réduits, du fait des événements sociaux qui ont émaillé la rentrée. En 2010, les trafics conteneurs ferroviaires et fluviaux ont représenté 290.000 EVP, soit une progression en volumes de 8 % par rapport à 2009. Ils constituent 16 % du trafic hinterland. 
Dans le domaine du transport combiné ferroviaire, pour lequel le port du Havre nourrit de grandes ambitions, l’année a été marquée par des développements significatifs dont les premières retombées devraient être palpables en 2011. Au-delà du lancement du projet de Terminal Multimodal, le raccordement ferroviaire de La Brèque, inauguré le 18 décembre, offre désormais un accès rapide et direct entre réseau ferré national et réseau ferré portuaire. Autre atout lié à ce raccordement : la circulation de convois longs (850 mètres) offrant une meilleure compétitivité de ce mode de transport entre les installations havraises et Paris dès le printemps 2011, puis ensuite Lyon. 
De son côté, le transport combiné fluvial a bénéficié de l’ouverture des nouvelles plateformes de Gron (Yonne) et d’Evry (Essonne), qui permettent un meilleur maillage et une desserte plus fine du premier marché de consommation français que constitue le bassin parisien. Un notera d’ailleurs qu’un conteneur sur cinq à destination des marchés de consommation franciliens passe par la Seine. Pour le GPMH, la création en 2009 d’une offre globale « Axe Seine » avec les ports de Rouen et de Paris porte ses fruits et offre des perspectives encourageantes pour l’avenir. 

Un tiers de véhicules en plus au terminal roulier

Pour le trafic roulier (hors lignes de ferries transmanches), le port du Havre parle pour 2010 de rebond, grâce selon lui à une action forte menée par les acteurs de la filière (manutentionnaires, logisticiens, constructeurs, armements et GPMH). 2010 a vu l’arrivée de nouveaux trafics de véhicules neufs et de nouveaux clients. L’action dynamique des acteurs du Terminal roulier du port du Havre auprès des constructeurs a porté ses fruits en 2010, permettant un fort développement des trafics import et export. Ainsi, depuis janvier dernier, le constructeur coréen KIA a choisi de distribuer ses véhicules en France depuis Le Havre. BMW a également fait confiance au port normand pour l’importation de certains de ses modèles destinés au marché français. Au total, plus de 340.000 véhicules de tourisme et « High and Heavy » (des tracteurs John Deere, des engins de chantier Caterpillar, des reachstackers et autres matériels High and Heavy) ont été traités en 2010 sur les installations havraises, soit un tiers de trafic en plus par rapport à l’année 2009. 
On notera par ailleurs que la ligne transmanche entre Le Havre et Portsmouth, exploitée par LD Lines, a transporté 25.700 pièces de fret l’an dernier. 

Les produits chimiques en progression de 9 % 

L’une des autres bonnes nouvelles de l’année réside dans les produits chimiques. Avec 1.7 million de tonnes traitées, ce trafic a progressé de 9% l’année dernière. Bien qu’ils occupent une part encore faible des trafics de vracs liquides, les produits chimiques constituent, pour le GPMH, un vecteur de fort développement pour le bassin pétrochimique de la Basse-Seine et un gisement en devenir pour la zone industrielle havraise. Les perspectives ouvertes par le « green business », pour lequel les professionnels implantés en vallée de Seine ont une vraie expertise, permettent au port d’envisager une croissance significative de cette activité au cours des prochaines années. En 2010, la décision d’Osilub, usine de régénération de huiles moteur usagées, de s’implanter au Havre, est à l’image de cette orientation prise en faveur du développement du « green business » sur le bassin pétrochimique de la Basse-Seine. 

La croisière a le vent en poupe

Autre activité très prometteuse, la croisière poursuit son essor. Avec 70 paquebots en escale l’an dernier, le port du Havre a accueilli 130.000 passagers, contre 87.000 l’année précédente. Cela représente une augmentation de 49%. L’évolution du « Pôle Croisière », devenu « Terminal Croisière » et doté d’un bureau administratif douanier, a également ouvert de nouvelles perspectives. Ainsi, en septembre dernier, la compagnie italienne Costa Croisières a annoncé le lancement au début de la saison 2011 d’un produit au départ du Havre, qui devient ainsi « tête de ligne » pour cet armement, qui y déploiera le paquebot Costa Magica pour des traversées en Europe du nord. A noter également qu’en mars 2010, la gestion de la croisière a été déléguée par le GPMH à l’Office de Tourisme de l’Agglomération Havraise. 
Enfin, toujours dans le domaine des passagers mais, cette fois, sur le segment du transmanche, les ferries de LD Lines ont transporté, en 2010, 270.000 passagers entre Le Havre et Portsmouth.