Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Aeroports > Bale-Mulhouse en forte hausse en début d’année
publié le : 29-03-2011

Le trafic a fait un bond de 27 % au 1 er trimestre, à l’aéroport de Bâle-Mulhouse. Sous l’impulsion d’easyJet, il devrait s’approcher de la barre des cinq millions en 2011.
Après avoir clôturé l’année 2010 avec une hausse de 7 % du trafic, l’EuroAirport Basel-Mulhouse-Freiburg enregistre un spectaculaire envol au 1 er trimestre 2011, avec un bond de 27 % en janvier et février. Cet envol s’est poursuivi en mars où le trafic cumulé devrait se situer autour de 950 000 passagers contre 758 000 au 1 er trimestre 2010.
C’est le résultat du retournement de la conjoncture et, surtout, du développement de la compagnie britannique à bas prix easyJet, qui a basé un 5 e, puis un 6 e avion à Bâle-Mulhouse, devenu un « easyAirport » avec un réseau de 31 destinations.
La compagnie orange a ouvert onze nouvelles routes en 2010 à Bâle-Mulhouse, dont cinq à la fin de l’année (Copenhague, Dresde, Édimbourg, Las Palmas, Tel-Aviv). Elle a transporté 1,9 million de passagers au total (+18 %), soit 45 % du trafic de l’Euro-Airport.
« Notre objectif est de transporter 2,3 millions de passagers à l’EuroAirport en 2011 », indique Thomas Haagensen, directeur commercial d’easyJet Switzerland. easyJet souligne une « bonne progression des lignes françaises », notamment Nantes et Bordeaux, et estime qu’il y a « encore du potentiel dans la région de Bâle ». La compagnie a fêté jeudi son dix millionième passagers depuis son atterrissage à l’EuroAirport, il y a sept ans, fin mars 2004.
Selon Thomas Haagensen, le taux d’occupation des vols d’easyJet au départ et à l’arrivée de Bâle-Mulhouse se situe dans la moyenne de la compagnie (86 %) tout comme la recette par siège (54 €).
« Le franc suisse fort n’a pas augmenté les prix payés par les clients français ou allemands. Nous avons adapté la grille tarifaire aux différentes destinations », explique-t-il.
Depuis le 15 mars, easyJet a remplacé un de ses six Airbus A319 de 156 sièges basés à l’Euro-Airport par un A-320 de 180 sièges. Cet appareil, à plus grand rayon d’action, dessert les destinations les plus lointaines (Las Palmas et Tel Aviv).
Poussé par sa maison-mère allemand Lufthansa, Swiss lance des vols sur des destinations déjà desservies par easyJet (Rome, Copenhague, Nice). Pour pouvoir faire de la concurrence à la « low cost » britannique, la compagnie suisse a confié à British Midland, compagnie partenaire de la Star Alliance, la desserte renforcée de Londres et Manchester. Swiss ne dispose en effet que deux jets régionaux à l’EuroAirport.
En avril, le trafic devrait « exploser » car il avait été fortement perturbé, l’an dernier, par le nuage de cendres volcaniques venu d’Islande. Cette année, on parle d’un autre nuage, celui de la centrale nucléaire de Fukushima, mais qui ne devrait pas empêcher les avions de voler…
675 vols par semaine vers 80 destinations, dont 70 en vols réguliers, figurent au programme d’été (du 27 mars au 30 octobre). Principales nouveautés : un vol hebdomadaire vers Moscou, avec une compagnie russe, et vers Malte, avec Air Berlin. La 2 e compagnie allemande a ouvert, fin février, une liaison vers Berlin-Tegel (deux vols/jour), en concurrence avec les trois vols quotidiens d’easyJet vers Berlin- Schönefeld.
Sauf événement inattendu, l’EuroAirport devrait enregistrer cette année un nouveau trafic record de l’ordre de 4,8 millions de passagers, contre 4,2 millions en 2008.



Voir en ligne : http://www.lalsace.fr/actualite