Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Intermodalité > Bonne première année pour Montoir-Gijon
publié le : 29-09-2011

Le port de Gijón, qui doit absolument diversifier son activité par rapport aux vracs solides et développer letrafic de marchandises diverses, est le grand gagnant du lancement de l’autoroute de la mer Nantes Saint-Nazaire/ Gijon.

Il faut dire que le succès a été au rendez-vous depuis l’ouverture de la ligne, en septembre 2010. Pendant cette première année, le taux d’occupation a été de 60% et 24 705 véhicules ont été transportés.


Vers un service quotidien ?

Lors de la cérémonie officielle qui s’est tenue à Gijón le 22 septembre 2011 pour ce premier anniversaire, les opérateurs, tout en saluant le bilan positif, ont eu des paroles bien plus prudentes que celles des officiels espagnols. Car l’objectif demeure la mise en place d’un service quotidien (contre les 3 fréquences par semaine actuelles) pour qu’on puisse parler de véritable "autoroute".

Carlo Tamagni, le représentant en Espagne de LD Lines, l’opérateur de l’autoroute de la mer, connu pour son franc-parler, a déclaré à ce propos : "Nous devons attendre que le marché lui-même nous le demande". Il a rappelé que la fréquence quotidienne supposait la mise en service d’un deuxième navire, "ce qui entraîne des coûts très élevés et il faut disposer d’un niveau de marchandises minimum pour pouvoir démarrer."


Deux défis à relever

Juan Riva, président du groupe Suardiaz, partenaire de LD Lines dans l’autoroute de la mer, a souligné deux défis : augmenter le trafic de voitures neuves (pour l’instant le trafic va de l’Espagne vers la France) et développer le non-accompagné (actuellement, 80% du trafic est le fait de camions avec leur chauffeur).

Autrement dit, le pari de l’autoroute de la mer est encore loin d’être gagné.