publié le : 09-02-2012

 Près de 340 000 t de trafic en moins : telle est la baisse du tonnage global du port de Bordeaux qui atteint en 2011 les 8,38 Mt.

Cette chute touche aussi bien les importations (-4,3% pour 6 Mt) que les exportations (-3% pour 2,3 Mt).


Les trafics en baisse

La moitié du trafic du port de Bordeaux se concentrant sur les entrées de produits raffinés, la moindre variation dans ce secteur impacte les trafics. Ainsi, après une année 2010 exceptionnelle, les entrées de produits raffinés ont ralenti en 2011, se soldant par une perte de 240 000 t (-5,4%).

L’arrêt provisoire de production de l’usine Yara s’est traduit, en parallèle, par -35,7% des imports d’engrais manufacturés compensés cependant par une hausse des imports d’ammoniac (+25%). La concurrence des biocarburants de deuxième génération a porté atteinte aux sorties de biocarburant (-700 000 t). Les exports de bois ont également chuté de 78% (120 000 t).


Et ceux en hausse

Les ralentissements dans ces secteurs sont cependant atténués par des reprises dans de multiples secteurs.

  • Côté imports, les granulats repartent à la hausse (+13,6%) tout comme les graines oléagineuses (+55%) et les produits chimiques (sel, méthanol, butadiène).
  • Côté exports, les trafics de ferraille (+98,3%) et de terre réfractaire (+21,7%) enregistrent de belles performances de même que les graines (+5,4%), les tourteaux (+44 %) et les huiles (+69,7%).
  • Le trafic céréales (1,2 Mt) s’est maintenu grâce à des efforts de diversification sur le blé et la poursuite d’approvisionnement des marchés européens et d’Afrique du Nord.
  • L’année 2011 a de même été marquée par un trafic conteneur de 60 511 EVP (+11%) qui se révèle être un des trois meilleurs jamais enregistrés sur le port de Bordeaux.

Pour 2012, un trafic de près de 8,7 Mt est attendu, le port prévoyant des investissements à hauteur de 12,8 millions d’euros.