Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Aeroports > British Airways revient à Orly
publié le : 08-12-2010

 Après dix ans d’absence, la compagnie britannique annonce son retour dans l’aéroport le plus proche de la capitale. À partir du 10 janvier, British Airways fera décoller chaque jour d’Orly un Airbus A320 et un Airbus A321 pour rejoindre l’aéroport d’Heathrow à Londres. « Cela fait deux ans que nous y travaillons, souligne Patrick Malval, directeur général commercial de British Airways pour ­l’Europe de l’Ouest. Il s’agit de deux vols quotidiens pour commencer », ajoute-t-il. La compagnie y comptait six vols par jour entre 1993 et 2000 à l’époque où elle possédait Air Liberté, ensuite vendue à Swissair. « Nous en avions conservé trois et, pour des raisons économiques, nous avons décidé de concentrer tous nos vols sur Roissy », explique Patrick Malval. Depuis, la situation a changé : le trafic entre Paris et Londres progresse, notamment grâce à la clientèle d’affaires. Entre avril et novembre, British Airways a enregistré une hausse de 15% du nombre de passagers.
« Ces nouveaux vols visent la clientèle française. Ils permettront de faire un aller et retour dans la journée en partant à 7h15 le matin pour revenir à 21h40 le soir. » C’est avec Eurostar que la concurrence est la plus vive entre Paris et Londres, mais celle avec CityJet, la filiale d’Air France, est tout aussi redoutable puisqu’elle relie Orly à London City, l’aéroport basé au cœur de Londres. Pour décrocher de nouveaux créneaux horaires à Orly, la compagnie britannique a récupéré ceux de deux autres compagnies avec lesquelles elle devrait annoncer prochainement des vols en codes partagés. Redevenue profitable après deux ans de pertes, British Airways table sur une poursuite de sa croissance entre la France et le Royaume-Uni grâce à la bonne santé du trafic transatlantique. C’est la raison pour laquelle, elle remet à plat la stratégie marketing de ses trois compagnies, dont Open­Skies, sa filiale entièrement dédiée à la clientèle d’affaires qui opère sur Paris-New York et Paris-Washington et devrait annoncer prochainement une troisième destination aux États-Unis. « Nous sommes en train d’intégrer OpenSkies sur la plate-forme de réservation Amadeus et nous travaillons au repositionnement de nos classes affaires respectives », précise Patrick Malval. British Airways comprend aussi Iberia, avec laquelle elle devrait finaliser sa fusion le 30 novembre prochainlors du prochain conseil d’administration des deux compagnies. Ce mariage doit permettre de réaliser 400 millions d’euros d’économies au bout de cinq ans.



Voir en ligne : http://www.lefigaro.fr/societes/201...