Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Résultats d’entreprise > Brittany Ferries a toujours des difficultés économiques
publié le : 27-03-2012

23/03/2012

Le chiffre d’affaires augmente, les volumes de fréquentations résistent, mais le contexte économique est toujours aussi difficile sur le transmanche. Et Brittany Ferries n’y échappe pas. Si le chiffre d’affaires augmente de 7.4% pour la saison dernière à 369.9 millions d’euros, la compagnie n’a pas encore renoué avec les bénéfices. 
Dans une interview accordé au quotidien Ouest-France, Jean-Marc Roué, président de Brittany Ferries, évoque « le coût du carburant qui n’a cessé d’augmenter pendant l’année 2011 et la livre anglaise qui est en chute régulière depuis plusieurs années. Or, 85 % de notre chiffre d’affaires est réalisé en monnaie anglaise ». Sur les liaisons entre la France et l’Angleterre, les chiffres donnés par la compagnie montrent un léger recul sur un marché pourtant très concurrentiel (-0.9%), avec un peu plus de 150.000 camions et près de 2.2 millions de passagers. Pour mémoire, sur le marché transmanche, Brittany Ferries effectue des rotations entre Caen et Portsmouth, Cherbourg et Poole, Cherbourg et Portsmouth, Saint-Malo et Portsmouth et Roscoff et Plymouth. Le Barfleur, qui est désarmé, ne sera pas remis en ligne pour la saison, les prévisions au départ de Cherbourg n’étant pas suffisantes. En revanche, les lignes vers l’Espagne continuent de montrer un net dynamisme, bénéficiant notamment de l’entrée en flotte en 2011 du Cap Finistère et de la desserte désormais alternée avec les ports de Santander et de Bilbao. Près de 30.000 poids lourds et 300.000 passagers ont ainsi voyagé sur les lignes entre l’Angleterre et l’Espagne. 
« Nos bateaux sont récents et nous n’avons pas d’investissements importants à programmer dans l’immédiat. Nos capacités de résistance sont bonnes », estime Jean-Marc Roué. Reste à voir ce qu’il adviendra de l’adoption de la directive transposant l’annexe 6 de la convention Marpol, qui va imposer des carburants désulfurés sur les navires navigant en Manche et mer du Nord. Pour Brittany Ferries, l’adoption de cette mesure impliquerait un doublement du prix des soutes. Une augmentation intenable dans le contexte actuel.