publié le : 11-07-2011

Développer des synergies entre les ports de la riviera française et italienne. C’est l’objectif de Ports Riviera Coopération, porté par le Conseil général des Alpes-Maritimes et la Province d’Imperia. Alors que l’Union Européenne, à travers son programme de coopération territoriale ALCOTRA 2007-2013, cherche notamment à développer les relations entre les ports méditerranéens, le projet franco-italien, s’inscrit dans le cadre d’un Plan Intégré Transfrontalier. Ce PIT est réalisé en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur, chef de file du projet RESAPORTS, la Chambre de Commerce d’Imperia, l’Istituto Internazionale delle Comunicazioni (IIC) de Gênes, l’Union des Ports de Plaisance Provence Alpes Côte d’Azur (UPACA), la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Alpes-Maritimes et la Chambre de commerce de Savone.
La Riviera franco-italienne, berceau emblématique du yachting européen, s’étend sur près de 400 kilomètres de côtes du Massif de l’Estérel à l’Ouest jusqu’à la zone de Savone à l’Est. Cet espace comprend des villes majeures comme Cannes, Nice, Vintimille, Imperia et Gênes, 1er port d’Italie. « Ports Riviera Cooperation a pour ambition de favoriser une évolution qualitative des services, de l’environnement, de l’emploi et de valoriser les activités portuaires contribuant ainsi à la promotion de l’économie locale et à une meilleure interconnexion d’une cinquantaine de ports azuréens et ligures avec leur territoire environnant », expliquent les promoteurs du projet, qui ont présenté le mois dernier l’avancée de leurs travaux aux élus du Conseil général des Alpes-Maritimes.
Alors que le navigateur Jean-Pierre Dick a fait une intervention sur l’environnement en Méditerranée, les trois axes du dispositif ont été présentés aux élus.
Sur le plan économique, il s’agit de développer une nouvelle plateforme d’informations pratiques, de mise en réseau des professionnels du nautisme et de services portuaires en ligne à usage des touristes, plaisanciers et résidents des territoires français et italiens. Raccordée à la centrale de réservation de places de port, elle a pour objectif d’améliorer la qualité de l’escale via différents canaux d’accès (téléphone, smart phone, borne interactive, atlas Odyssea...).
D’un point de vue formation, le projet vise la mise en place d’un cycle franco-italien de formations techniques sur 10 mois ciblées sur les métiers de la plaisance. Il s’agit d’aider des demandeurs d’emploi à trouver un travail et des entreprises centrées sur le secteur de la plaisance et plus généralement sur les métiers de la mer (artisans, salariés) à se spécialiser afin de renforcer leur compétitivité.
Enfin, en matière d’environnement, le projet ambitionne d’instaurer une démarche qualité auprès des gestionnaires de ports, afin de préserver le milieu marin et portuaire par le déploiement d’actions-pilotes et l’harmonisation de procédures standardisées pour l’obtention d’une certification environnementale européenne.