Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Intermodalité > Corsairfly veut développer le fret
publié le : 25-11-2011

Corsairfly a décidé de faire connaître son activité defret aérien. Commercialisées par l’agent général de ventes Aerocargo International (ACI), les soutes des appareils ont transporté environ 12 000 tonnes de fret au cours de l’exercice clos au 30 septembre 2011. Cette activité a généré des revenus de 25 millions d’euros, soit un peu plus de 5% du chiffre d’affaires de la compagnie.

Cette part devrait être portée à 7-8% durant l’exercice 2011-2012, les volumes transportés devant passer à 15 000 tonnes. Partie intégrante du plan "Take-Off 2012" déployé sur trois ans, la politique très volontariste en matière de développement des activités fret s’est concrétisée par la mise en place d’un département cargo en date du 1er juillet 2011. "Cette structure composée de trois spécialistes intervient en accompagnement d’ACI pour trouver toutes les solutions pour améliorer les offres cargo et optimiser la qualité de service", explique Hugues Marchessaux, directeur exploitation de Corsairfly.


L’impact du recentrage du réseau

Déjà, le resserrement du réseau, qui s’est accompagné de l’abandon des lignes au départ de la province, a produit ses effets. Sur les Antilles notamment, la compagnie a été ainsi en mesure de densifier son offre avec des vols quotidiens à la fois sur Pointe-à-Pitre et Fort-de-France. À la grande satisfaction des transitaires qui bénéficient ainsi d’une offre régulière et en augmentation de 30% depuis début novembre 2011.

Reste cependant le profond déséquilibre entre les tonnages export (90%) et import (10%). Les soutes des Airbus A330-200 et des Boeing 747-400, d’une capacité d’emport de 6 à 10 tonnes, sont très peu chargées au retour.


Accords avec d’autres compagnies

Aussi, Corsairfly ambitionne de capter de nouveaux marchés sur les îles proches des Antilles afin d’augmenter le coefficient de chargement des avions vers la métropole. Des accords interline pourraient être conclus avec des compagnies régionales, Pointe-à-Pitre et Fort-de-France devenant à ce moment là des plates-formes de regroupement. Un premier accord de ce type a d’ailleurs été signé avec la compagnie Lan Chile début novembre 2011.

Réalisant plus de 80% de son activité cargo sur les Antilles et la Réunion, Corsairfly souhaite également y développer ses parts de marché qui atteignent respectivement 20% et 17%. La compagnie pourra profiter de la réduction en cours du nombre de sièges passagers de ses appareils pour augmenter la capacité d’emport fret. Elle compte également s’appuyer sur les deux Airbus A330-300 livrables d’ici à janvier 2013, qui présentent une capacité d’emport supérieure à celle de la version 200.