Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Perspectives > Grand canal du Havre : Prolongement ?
publié le : 30-04-2011

Emerhode : derrière ce code se cache en fait le nom de baptême du projet de prolongement du Grand canal. Emerhode pour "Efficacité Multimodale, Économie, Réseaux Hydrauliques : une Opportunité de Développement durable pour l’Estuaire". Plus d’un an après la fin du débat public organisé sur ce projet et dix mois après que le conseil de surveillance du grand port maritime du Havre (GPMH) a décidé de lancer de nouvelles études en tablant sur deux grandes options différentes, le projet Emerhode entre aujourd’hui dans une nouvelle phase. Une réunion publique vient d’ailleurs de se tenir sur le sujet.


Un choix à la fin 2011

En juillet 2010, Laurent Castaing, le président du directoire du GPMH, a expliqué qu’à l’issue d’un débat public qui a permis de mettre en lumière quelques carences dans le premier dossier, des études allaient donc être poursuivies "afin de choisir d’ici à la fin 2011 le meilleur projet possible".

 

Un projet "d’envergure" qui, cette fois-ci, entend prendre en compte les besoins et les contraintes de l’ensemble de la plaine alluviale, que ce soit pour la réserve naturelle dont la surface pourrait augmenter en fonction de l’option retenue, pour les agriculteurs, pour les chasseurs et pour l’activité économique, qu’elle concerne le port directement ou la gestion des nombreux pipe-lines traversant la plaine alluviale. "L’ambition du grand port maritime est de parvenir à un projet largement partagé", souligne le GPMH.


Deux options et trois variantes

Deux grandes options sont donc à l’étude. La première consiste en un aménagement géographiquement compact et en continuité de la zone industrialo-portuaire sur la base du tracé du canal longeant la réserve naturelle. La deuxième grande option "représente un aménagement de moindre impact sur le plan environnemental" avec la préservation d’espaces spécifiques.

Trois variantes sont à envisager dans le cadre de cette seconde option : la dénivellation des ponts sur l’actuel canal Le Havre-Tancarville (cette variante a eu la préférence des écologistes en 2010) ; un tracé de canal court afin d’éviter l’impact environnemental ; un tracé de canal prolongeant ce tracé court mais ne se jetant pas dans l’actuel canal Le Havre-Tancarville. Dans ce dernier cas, un canal parallèle serait créé à l’existant jusqu’à l’écluse de Tancarville.

Le choix n’est donc pas encore arrêté et c’est le travail des prochains mois au GPMH.