publié le : 27-10-2011

Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour le port de commerce de Cherbourg.

Après le choix d’Areva-Wing de préférer le port du Havre à celui de Cherbourg pour y développer son activité d’éoliennes offshore, après celui de Britanny Ferries de ne plus assurer cet hiver de trafic passagers entre le Cotentin et l’Angleterre, et enfin, après la décision de MSC Croisières de choisir La Rochelle comme port d’escale et d’embarquement, le moral est au plus bas.

Ce mois de septembre 2011 restera en effet dans les annales comme l’un des plus sombre de l’histoire du port.

 
"Que va-t-il rester à Cherbourg ?"

Les coups sont d’autant plus durs qu’ils touchent successivement le port industriel, le port transmanche et le port de croisière.