publié le : 25-11-2011

Il n’y a plus de monopole dans la bourse de fret  ! Dans l’Hexagone, les transporteurs, du premier affréteur au dernier petit artisan (58% des transporteurs utilisent tous les jours une bourse de fret), ont le choix et l’embarras. Devant leur écran : TelerouteB2PWeb etNolis (devant Timocom et WTransnet concentrés sur les grands comptes et moins présents sur les flux domestiques) cherchent à occuper le plus large espace.

Et la donne est la suivante : si Teleroute demeure l’incontournable leader, fort de 25 ans d’expérience et plus de 200 000 offres publiées quotidiennement, la place d’outsider oppose durement Nolis à B2PWeb. Pour une raison simple : dans une triangulaire, quel que soit le marché, il n’est jamais enviable d’être en troisième position...


Teleroute assure avec Helvetia

Cette réalité oblige les trois bourses de fret à chercher à se distinguer, à hausser leur niveau de service, pour emporter la décision des clients et prospects. Elle a fait émerger plusieurs types de messages commerciaux et financiers, non sans arrière-pensées politiques quand on sait que parmi les transporteurs actionnaires de H2P (propriétaire de B2PWeb), certains peuvent être aussi de gros clients des bourses de fret concurrentes.

Tout pour la sécurisation des transactions et... stop aux détournements de frets et usurpations d’identité ! Fin 2010, Teleroute a décidé de muscler son propos sur le thème de la sécurité et de la "nouvelle criminalité", au moment où la bourse de fret quittait peu à peu le minitel (rangé définitivement au placard en septembre 2011). Elle a lancé l’outil e-confirm, dispositif informatique de sécurisation, jugé indispensable dans le contexte d’internationalisation du transport routier et l’augmentation du cabotage. Un surcroît de sécurité qui modifie sensiblement la façon de travailler de l’exploitant, souvent sous pression.