publié le : 31-01-2012

La société Sernam Services est désormais placée en redressement judiciaire. Ainsi en a décidé le tribunal de commerce de Nanterre le 31 janvier 2012, en fixant la période d’observation à six mois. La prochaine audience aura lieu le 27 mars 2012.

"Ce même jugement a désigné la SELARL C. Basse, représentée par Maître Christophe Basse, en qualité de mandataire judiciaire, et la SELARL FHB, représentée par Maître Hélène Bourbouloux, en qualité d’administrateur judiciaire avec mission d’assistance", indique la direction de Sernam dans un communiqué.


Une poursuite de l’activité encadrée

Me Bourbouloux va désormais rencontrer les représentants du personnel et fixer un calendrier.

"Cette procédure va permettre à l’entreprise de poursuivre son activité dans un cadre juridique sécurisé, indique la direction dans son communiqué. Sernam continuera donc chaque jour à prendre en charge, trier, transporter et livrer les envois de ses clients en France et en Europe, dans les conditions habituelles de sécurité, de délai et de suivi". La direction de Sernam tient à préciser que "le règlement de tous les sous-traitants opérationnels, et en particulier des sous-traitants transport, continuera d’être assuré comme il l’a toujours été, ceci afin d’éviter tout risque de mise en oeuvre de la loi Gayssot".


Une recherche d’adossement industriel

Les syndicats insistent maintenant sur leur volonté de trouver désormais "une véritable solution industrielle permettant de sauvegarder l’emploi des 1600 salariés du groupe Sernam-Aster". Une recherche d’adossement industriel partagée par la direction de Sernam. "Ainsi que cela a déjà été communiqué par l’état-major de l’entreprise, l’avenir de Sernam passe désormais par un adossement industriel le plus rapide possible. Depuis novembre 2011, la société et son actionnaire Butler Capital Partners (BCP) sont extrêmement actifs dans cette recherche pour laquelle les contacts concrets actuellement en cours sont nombreux et plus importants que prévus", indique le communiqué publié par la direction de l’entreprise à l’issue de l’audience, précisant que "Sernam intéresse plusieurs repreneurs, français comme étrangers, dont deux avec lesquels des discussions sont déjà très avancées."

Le Sernam n’est "ni mort, ni enterré", a déclaré de son côté Thierry Bresson, secrétaire du comité d’entreprise, tout en "condamnant l’attitude de la SNCF et de notre actionnaire principal, Butler Capital Partners, car ils portent de lourdes responsabilités dans notre situation actuelle".

L’intersyndicale de Sernam doit par ailleurs être reçue le 7 février 2012 par le cabinet du ministre des Transports, Thierry Mariani. "Nous demandons aux pouvoirs publics d’intervenir et de mettre en place tous les moyens nécessaires pour nous aider à trouver des repreneurs", indique la CFDT du groupe.