Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Intermodalité > La ligne Caen-Le Havre en difficulté
publié le : 17-02-2012

Le 26 janvier 2012, le préfet de région a suivi l’avis négatif du commissaire enquêteur sur l’implantation d’une plate-forme conteneurs sur le site de Mondeville, dans la circonscription portuaire de Caen. Une décision que le préfet de la région a confirmée aux élus et à la direction de Ports normands associés (PNA) lors d’une nouvelle réunion qui s’est déroulée dans les bureaux de la préfecture le 7 février.

Le projet, porté par PNA et des élus de la région, prévoit la création d’un terminal à conteneurs d’une capacité de 1 500 EVP en liaison directe avec les terminaux de Port 2000. En raison de l’extension du port, PNA a dû mettre en place une enquête publique, conformément à la loi sur l’eau. Le commissaire enquêteur a finalement donné un avis négatif qui met à mal le projet.


L’opposition des habitants

Si Laurent Beauvais, président de la région Basse Normandie, a défendu ce projet, il n’a pas toujours été suivi par ses confrères régionaux et locaux. Les plus grandes craintes sont venues des habitants d’Hérouville, situés sur la rive opposée à ce terminal. "Nous avons suivi les réunions et apporté des réponses aux préoccupations des habitants concernés", nous a confié Jean-Michel Sévin, directeur de PNA.


Une navette fluvio-maritime

Ce projet de plate-forme doit s’articuler avec une navette fluvio-maritime reliée aux terminaux havrais à raison de trois escales par semaine. Pour PNA, ces liaisons doivent s’entendre au même titre qu’une liaison fluviale ou ferroviaire entre deux ports et surtout pas comme un "feedering" vers un autre port.

"Si le port de Caen ne peut pas répondre aux besoins de ses industriels de proximité, il ne joue pas son rôle économique ni celui d’aménageur de territoire", souligne Jean-Michel Sévin.