Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Intermodalité > Lafarge veut développer le transport fluvial
publié le : 16-09-2011

Mercredi, à Lyon, Voies navigables de France (VNF), la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) et Lafarge ont signé une convention de partenariat d’une durée de 5 ans. L’objectif est de développer les infrastructures d’accueil portuaires sur le réseau fluvial pour augmenter le trafic de ciments et granulats. Premier transporteur de matériaux de construction en vrac par voie fluviale en France, Lafarge s’engage à privilégier, au maximum, le report modal, de la route au fleuve, avec l’objectif de faire transiter par voie fluviale 5 millions de tonnes par an d’ici 2015, contre 4 millions actuellement. VNF et la CNR contribuent à cette démarche en s’engageant à apporter à Lafarge conseils et expertise dans la mise en place de sa politique de développement fluvial, mais également à aménager et améliorer leurs infrastructures afin d’optimiser le développement et la sécurité du transport fluvial.
Dans ce cadre de cette convention, Lafarge va optimiser sa flotte, en équipant ses pousseurs et automoteurs de systèmes de positionnement AIS (Automatic Identification System), de transferts d’informations et de déclarations de chargement dématérialisées. Les partenaires s’engagent également à soutenir la filière professionnelle, notamment en proposant des stages à des jeunes en apprentissage sur les métiers de la navigation et en soutenant certains cursus spécialisés. La sécurisation du transport fluvial est également en jeu, avec par exemple l’aménagement des zones de chargement et déchargement pour permettre un accès sécurisé des personnels et des mariniers aux quais.
Cette convention tripartite prévoit d’ores et déjà la réalisation de certains investissements portuaires. 24 projets ont été identifiés sur les bassins de la Seine et du Rhône, comme à Portejoie ou à Venables (Eure), Givet (Meuse), Montereau (Seine-et-Marne) ou Châteauneuf du Rhône (Drôme).

Aujourd’hui, une vingtaine de millions de tonnes de granulats transite par voie fluviale sur le réseau navigable français, long d’environ 8500 km et principalement géré par VNF et la CNR. L’accès aux ressources minérales est étroitement lié aux modes de transport. La voie d’eau permet une livraison des matériaux au coeur des villes. Ainsi, 70% des centrales à bétons de Paris sont implantées le long de la Seine et de ses canaux.