Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Perspectives > Le Portugal veut développer le fret ferroviaire
publié le : 01-09-2011

Une fois n’est pas coutume, dans le secteur dutransport ferroviaire : le Portugal semble bien décidé à priviliégier le fret au détriment de la grande vitesse. Après avoir annoncé la "suspension" de la participation au projet de liaison ferroviaire à grande vitesse (LGV) entre Lisbonne et Madrid, le nouveau gouvernement a en effet fait savoir qu’il accorderait désormais la priorité à la construction d’une voie ferrée à écartement international dédiée au fret entre le port de Sines et la frontière espagnole.

Le ministre de l’Économie, Alvaro Santos Pereira, estime que l’absence de cette liaison handicape les exportations portugaises, en engendrant un surcoût de l’ordre de 20%.


Un revirement mal perçu

Ce revirement a été mal perçu par le gouvernement espagnol qui a lancé récemment la construction de nouveaux tronçons de la LGV dans la partie espagnole. Le 17 août 2011, Alvaro Santos Pereira et José Blanco, ministre espagnol de l’Équipement, se sont mis d’accord pour étudier la proposition portugaise de construction d’une ligne de fret ferroviaire dans le cadre du groupe de travail bilatéral existant. Un sommet spécial sur ce sujet se tiendra en septembre à Lisbonne. Par ailleurs, le ministre portugais a annoncé qu’une décision définitive concernant la participation portugaise à la LGV sera annoncée à la fin du mois de septembre.

La volonté portugaise de développer le trafic ferroviaire avec l’Espagne et le reste de l’Europe représente un changement important. Mais pour que celui-ci puisse se concrétiser, encore faudra-t-il que le gouvernement portugais puisse financer un tel projet et surtout que l’Espagne réalise une liaison similaire avec la France. D’où l’importance de la décision attendue cet automne de la Commission sur la sélection des grands corridors ferroviaires transeuropéens qui bénéficieront de financements communautaires.