publié le : 26-10-2011

 

Après neuf mois d’activités, Marseille-Fos atteint un trafic global de 66.4 millions de tonnes, en progression de 1% par rapport à 2010. Pour le Grand Port Maritime de Marseille, le bilan positif du segment des hydrocarbures (+6%) compense le ralentissement observé depuis le début de l’année pour les marchandises diverses et les vracs solides, toujours soumis au ralentissement économique. Le retour de plusieurs lignes maritimes et l’implantation de chargeurs sur la zone logistique de Distriport laissent néanmoins entrevoir une prochaine relance de l’activité du port, estime le GPMM. Ce dernier notre que Marseille-Fos se situe dans la tendance des autres ports français qui, de manière générale, connaissent depuis le début de l’année une croissance modérée mais supérieure aux places françaises. Concernant le trafic marseillais, sur les 9 premiers mois de l’année, les marchandises diverses sont en baisse de 4% comparées à une période 2010 dynamique. A fin septembre, ce trafic atteignait 11.65 millions de tonnes, dont 704.800 EVP. L’activité conventionnelle fortement liée à la sidérurgie reste en repli tandis que les conteneurs rattrapent leur retard grâce à un résultat positif au cours des trois derniers mois. Les 35.000 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur) perdus en début d’année en raison des mouvements sociaux nationaux liés à la retraite, continuent toutefois à peser sur les résultats (-6% en EVP). 
Le retour de trois lignes maritimes depuis le mois de mai et d’une quatrième en projet peut être interprété comme un signe de confiance retrouvée de la part des armateurs tandis que les implantations de Maison du Monde, de Mattel, de GCA ou encore de Mediaco vrac sur les zones logistiques de Distriport ou de la Feuillane sont révélatrices de la volonté de chargeurs de fixer leur activité sur Fos. Ces témoignages positifs demanderont encore quelques mois avant de se traduire en tonnages supplémentaires pour le port.

Depuis le début de l’année, toutes les catégories du segment des hydrocarbures (brut, raffinés, GPL et GNL) présentent un bilan positif (44.8 Mt, +6%). Le Gaz Naturel Liquéfié assure la majorité de la croissance (+35% avec 5.29 Mt) suivi du GPL (+30%). Porté par une reconstitution des stocks en septembre, le pétrole brut progresse de 2% en cumul mais l’arrêt de la raffinerie de Reichstett en avril et la menace sur LlyondellBasell de Berre laissent présager un tassement prochain des importations de brut.

Les trafics de vracs liquides chimiques et alimentaires affichent un score positif (2.65 Mt, +3%) grâce à une embellie observée depuis juillet. Hausse des biocarburants et reprise d’activité de l’unité chimique d’Arkema ont contribué à ce résultat.

Le redémarrage du haut-fourneau d’Arcelormittal le 19 septembre a dopé le trafic mensuel (+35%) mais n’a pas encore produit d’effet sur l’évolution annuelle des trafics de vracs solides, toujours en deçà de 18% par rapport à 2010, pour un total de 7.3 millions de tonnes traitées de janvier à septembre. Les échanges de vracs alimentaires poursuivent leur croissance à deux chiffres (+24%) alors que les autres vracs se redressent doucement (-9% fin septembre contre -12% à fin août).

 
Côté passagers, le seuil des 2 millions de voyageurs est quasiment atteint à fin septembre (1.9 million de passagers, +11%) grâce au redressement spectaculaire de la destination Corse (+31%) et à la croissance régulière des croisières (+11%). Dans le secteur des ferries, les bons chiffres sur l’île de Beauté compensent les difficultés sur les lignes vers le Maghreb. Malgré une hausse en septembre sur l’international (les voyageurs ont repoussé leur retour à la fin du ramadan le 29 août), les flux restent en baisse, de -14% pour l’Algérie et de -20% pour la Tunisie depuis le début de l’année. La stabilisation politique actuelle de ce pays devrait améliorer les flux vers ce partenaire traditionnel du port phocéen.