publié le : 02-12-2011

Une nouvelle autoroute de la mer en Méditerranée ? C’est ce que souhaitent mettre en place les ports de Sète, Melilla, enclave espagnole au Maroc, et Carthagène, dans la province espagnole de Murcie. Ils ont signé mercredi dernier un accord pour la mettre prochainement en place. 
Selon eux, la connexion maritime entre ces trois ports contribuerait à accélérer le report modal en réduisant le trafic routier de milliers de camions qui traversent, en provenance ou à destination du nord de l’Europe, le sud de la France et la péninsule ibérique. La nouvelle route maritime permettrait une plus grande fluidité des échanges de marchandises et de passagers en proposant l’embarquement d’ensembles routiers et de véhicules particuliers. 
Un armateur est d’ores et déjà intéressé à participer à ce projet dans le but d’opérer un navire entre les trois ports. Il s’agira probablement d’un navire mixte fret/passagers de type ropax pour un service hebdomadaire dans un premier temps. 
Les trois ports partenaires présenteront communément ce projet devant l’Union Européenne avec l’objectif d’être retenus au titre du programme Marco Polo II qui permettrait à l’opérateur de bénéficier d’aides au démarrage. Dans le cas d’une décision favorable, la ligne pourrait démarrer avant l’été 2012. Marc Chevallier, président de Sète port sud de France souligne que la création d’une telle ligne, dans le cadre de la stratégie portuaire et logistique portée par la Région Languedoc Roussillon, captera du trafic pour le port de Sète tout en réduisant un trafic autoroutier déjà saturé. "Le développement des modes de transport alternatifs à la route est une nécessité, et c’est à travers des projets innovants comme celui-ci que nous pourrons améliorer l’accessibilité des territoires tout en réduisant les pollutions"