publié le : 08-11-2011

C’est à un inattendu et surprenant exercice de contrition que s’est livré Pierre Blayau lors de l’assemblée du Groupement national des transports combinés (GNTC), le 20 octobre 2011.

La situation préoccupante de Novatrans ? "Au bord du dépôt de bilan il y a trois ans, sauvé par les finances de SNCF, l’opérateur est revenu à la case départ, confronté aux mêmes difficultés qu’en 2008. Peut-être en raison de nos erreurs". Et le Pdg de SNCF Geodis d’enfoncer le clou : "On n’a pas fait ce qu’il fallait". La gestion des terminaux ? "Il y avait une injonction de l’Autorité de la concurrence de proposer de nouveaux statuts. La profession n’est pas satisfaite de la proposition de SAS, nous sommes ouverts à toute évolution". Et d’insister : "S’il faut tout changer, aller vers des solutions publiques ou privées, le groupe SNCF ne s’y opposera pas !".


Pour un examen collectif de Novatrans

Ses relations tendues avec le reste de la profession, qu’ils soient opérateurs privés ou transporteurs routiers ? "SNCF Geodis veut renouer avec des méthodes plus collaboratives au service de la profession et travailler avec tous les acteurs du combiné même si ce sont des concurrents". À la condition toutefois que cette collaboration s’inscrive dans le respect des règles de concurrence.

Au regard des difficultés économiques de Novatrans, Pierre Blayau appelle donc la profession à s’interroger sur son modèle économique : "Il va falloir que tous les acteurs se mettent à discuter et mènent un examen collectif de Novatrans !".