Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Perspectives > Porte conteneur propulse au GNL
publié le : 15-02-2012

15/02/2012

365.5 mètres de long, 14 mètres de tirant d’eau, 24 noeuds de vitesse, 14.000 EVP... et une propulsion au gaz naturel liquéfié. Ce n’est pas encore fait, mais le Bureau Veritas vient de donner son approbation pour ce design, issu d’une collaboration entre les services techniques de CMA CGM, le chantier coréen Daewoo Shipbuilding et le Bureau Veritas. « C’est le marché qui décidera quand ce type de navire pourra être commandé et construit, mais nous avons franchi une étape majeure avec cette réalisation. Nous pouvons désormais avoir la certitude qu’il n’y a aucun obstacle technique ou de sécurité pour voir un navire de ce type et de cette taille avoir une propulsion au GNL », explique le Bureau Veritas. 
Propulsé par le moteur hybride ME-GI de Man Diesel, le navire, qui pourra consommer simultanément du fuel lourd et du gaz naturel liquéfié, développera une puissance de 72.285 kW. Le porte-conteneurs disposera d’une réserve de 22.490 m3 de GNL stocké à l’avant dans une cuve en polyuréthane ACT-IB développée par Daewoo. Il disposera également d’une soute de 4430 m3 de fuel lourd. Ce qui donnera au navire une autonomie de 25.000 milles nautiques. 

Une importante réduction des émissions 

Le projet est ambitieux, mais pourrait prendre tout son sens avec l’augmentation des contraintes juridiques liées aux émissions de gaz dans l’atmosphère. En configuration « minimum fuel - maximum gaz », (correspondant à environ 10% de fuel pour 90% de GNL), le navire émettrait 23% de CO2 et 92% de SOx (soufre) en moins que les navires « à propulsion classique ». 
« Comparé à un navire propulsé uniquement au fuel, ce type de navire présente un coût supplémentaire, à la fois pour l’équipement du moteur, les capacités de stockage du GNL et le système de traitement du gaz. Il y aura également une perte de place, correspondant à environ 438 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur). Mais les économies de combustible et la réduction des émissions d’un tel navire devraient couvrir ces surcoûts ».