Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Perspectives > Rapport de l’OCDE critique sur l’axe seine
publié le : 22-09-2011

Intitulé "Compétitivité des villes portuaires : le cas de l’axe Seine (Le Havre, Rouen, Paris, Caen)", le document de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) "propose une évaluation de la performance de ces ports, une analyse de leur impact sur leur territoire et une appréciation des politiques et de la gouvernance dans ce domaine".

L’OCDE met en avant "la performance paradoxale des ports de l’axe Seine". En effet, malgré ses atouts, cet axe connaît une tendance déclinante : les ports du Havre, de Rouen et de Caen ont perdu des parts de marché dans l’Europe du nord-ouest, passant de 9,9% du trafic en 2001 à 8,6% en 2010.


Le Havre "perçu négativement"

Pour les auteurs de ce rapport de 122 pages, ce recul vient principalement de taux de croissance "peu importants" au Havre, le plus grand de ces trois ports, perçu négativement selon eux au niveau mondial par les professionnels. Pour expliquer ce désamour, ils pointent du doigt "une certaine inefficacité", "des relations sociales difficiles", "un manque relatif de concurrence" ou encore "des liaisons limitées avec l’arrière-pays par train et barge fluviale".

Et pourtant, dans le même temps, les quatre ports ont des atouts importants, comme une infrastructure développée et un bon accès nautique au Havre, qui pourraient devenir des avantages concurrentiels décisifs, pointe le document de l’OCDE.

Des réformes récentes ont de plus supprimé des obstacles et rapproché la gouvernance portuaire des pratiques européennes. Mais "il est clairement trop tôt pour percevoir les effets de ces réformes".


Un environnement très concurrentiel

L’OCDE souligne encore que les ports de l’axe Seine exercent dans un environnement très concurrentiel comprenant Anvers et Rotterdam "qui sont parvenus à capter des parties de l’arrière-pays français". L’arrivée du canal Seine-Nord devrait accentuer encore cette situation.

Si le constat de l’OCDE apparaît sans merci, l’organisation donne toutefois quelques pistes de travail pour améliorer la situation comme "une coordination régionale plus importante" par exemple en ce qui concerne la logistique, source de valeur ajoutée.

Cette étude est la première d’une série d’une dizaine que l’OCDE a entrepris de réaliser pour comparer les villes portuaires dans le monde. Elle devait initialement se concentrer sur Le Havre mais a été élargie à l’axe Seine à la demande des collectivités normandes et franciliennes qui coopèrent depuis 2010 dans le cadre du volet maritime du "Grand Paris".