publié le : 15-02-2011

Que pense Teleroute, le leader incontesté du marché français de la bourse de fret, de cette initiative B2PWeb d’une bourse de fret exploitée « par les transporteurs, pour les transporteurs » ? « De notre côté, les volumes ont été excellents en 2010, avec une augmentation très forte de la dépose de fret. Au regard des chiffres, nous pouvons considérer que B2P n’a absolument pas fait de mal à Teleroute en termes de volume » déclare François Denis, son Directeur Général délégué. Et de préciser que les grands groupes comme Geodis ou Gefco travaillent toujours beaucoup avec Teleroute. « Même les actionnaires de B2P ont augmenté fortement leur utilisation de Teleroute en 2010 » ajoute-t-il. Face aux arguments tarifaires de B2PWeb (forfait par site plafonné à 150 Euros par mois), François Denis oppose la garantie de neutralité de Teleroute en tant qu’acteur indépendant du monde du transport, son rapport qualité prix et ses innovations technologiques (certificats numériques, ratings, etc). « L’idée d’une bourse de fret contrôlée par les transporteurs peut paraître excellente mais elle n’est pas viable en réalité (...). La neutralité entre les différents déposants doit être absolue. C’est une alchimie complexe qui a pris des années à mettre en place ».Par ailleurs, au niveau des tarifs pratiqués par Teleroute, François Denis affirme que 90% des utilisateurs Teleroute sont aujourd’hui satisfaits du rapport qualité prix, « inégalable pour remplir son camion », les autres 10% étant des « gros utilisateurs » qui cherchent à négocier régulièrement leurs tarifs. Selon nos informations, un accord d’exclusivité aurait été signé en décembre entre Teleroute et le groupe Norbert Dentressangle.