Accueil du site > Actualités > Résultats contrastés en 2011 pour Maersk
publié le : 09-03-2012

05/03/2012

Le groupe danois A.P. Moller-Maersk a réalisé, en 2011, un chiffre d’affaires de 60.23 milliards de dollars, soit 7% de mieux que l’année précédente. Comme prévu, ses profits sont en revanche en baisse, soit 3.37 milliards de dollars, contre plus de 5 milliards en 2010. Si le groupe a, en effet, bénéficié des prix élevés du pétrole et de volumes importants dans le secteur des conteneurs, il a en revanche souffert de la faiblesse des taux de fret dans le transport conteneurisé. Ainsi, Maersk Line, premier armement mondial au conteneur, affiche pour 2011 quelques 600 millions de dollars de pertes, contre un bénéfice de 2.6 milliards de dollars en 2010. La compagnie a été particulièrement pénalisée par le niveau très bas des taux de fret entre l’Asie et l’Europe (8% de moins en moyenne que sur 2010), consécutif notamment à l’entrée en flotte de nombreux navires saturant le marché. S’est ajouté à cette contrainte la hausse du prix des soutes liée à celle du prix du pétrole. Malgré tout, Maersk Line a poursuivi sa croissance, transportant 8.1 millions d’EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur), soit 11% de mieux qu’en 2010. 

Dans le domaine de l’exploitation portuaire, APM Terminals a vu ses profits atteindre 649 millions de dollars, en baisse par rapport à 2010 (793 millions) mais en hausse de 24% si l’on enlève certains facteurs, comme les recettes liées à des ventes d’actifs. Le nombre de conteneurs traités par les terminaux gérés par APM est, en tous cas, en hausse de 8%. 

De son côté, Maersk Oil a profité de la hausse du prix de l’or noir (+39% avec un prix moyen du baril à 111 dollars, contre 80 l’année précédente). Cette division a réalisé 2.1 milliards de dollars de bénéfices, contre 1.7 milliard en 2010. La production de pétrole a, en revanche, été moins importante, avec l’équivalent de 333.000 barils par jour (377.000 en 2010), une baisse liée à une baisse de la production au Qatar, au Danemark et au Royaume-Uni. Maersk Oil a, néanmoins, sécurisé en 2011 de nouvelles licences d’exploitation en Norvège, dans les eaux britanniques et dans le golfe du Mexique. L’activité liée à l’exploration a été forte. 

La croissance fut également au rendez-vous pour l’activité forage, Maersk Drilling générant 495 millions de dollars de profits, contre 399 millions l’année précédente. Cette division a bénéficié d’un bon taux d’utilisation de ses moyens et un niveau élevé du taux d’affrètement journalier. De nouveaux contrats d’affrètement à long terme ont été signés et 3.9 milliards de dollars d’investissements ont été engagés dans la construction de 6 nouvelles unités de forage. 

Maersk Tankers a, pour sa part, souffert de la surcapacité dans le secteur des pétroliers. Cette branche accuse en 2011 une perte de 151 millions de dollars (contre un bénéfice de 118 millions de dollars en 2010). Pour mieux utiliser sa flotte de gros navires (VLCC), Maersk Tankers a signé des accords de partenariat avec d’autres armements. 

On notera en revanche la bonne année de Maersk Supply Service, qui a terminé 2011 sur un profit de 210 millions de dollars (201 millions en 2010) grâce à une forte activité sur le marché offshore et une amélioration des niveaux d’affrètement au spot. 

Enfin, parmi les autres activités du groupe, on notera l’important redressement des unités flottantes de stockage de pétrole et de gaz (FPSO), qui ont réalisé un bénéfice de 8 millions de dollars, contre une perte de 242 millions l’année précédente.