Accueil du site > Actualités > Résultats pour CMA CGM dans le rouge
publié le : 08-03-2012

Comme l’ensemble de l’industrie du transport maritime conteneurisé, le groupe CMA CGM a souffert en 2011. Le chiffre d’affaires a progressé de 4% par rapport à 2010 pour s’élever à 14,87 milliards de dollars.

Quant aux volumes, "ils enregistrent un record historique à 10,016 millions d’EVP, soit une augmentation de 11%, sensiblement supérieure à celle du marché (+6,5%)", souligne CMA CGM dans un communiqué publié le 7 mars 2012 pour annoncer l’ensemble des résultats.


Chute de l’EBITDA

Là s’arrêtent les hausses. L’EBITDA s’établit à 711 millions de dollars, en fort recul par rapport à 2010 qui avait permis d’engranger 2 520 M$. Le résultat net consolidé pour l’exercice 2011 s’élève lui à -30 M$, contre un résultat positif de 1 630 M$ en 2010.

"Dans un environnement difficile marqué par la surcapacité et la forte hausse des cours du pétrole (+34% de hausse du prix de la tonne de fuel consommée en 2011), CMA CGM a enregistré des performances opérationnelles satisfaisantes, grâce à ses efforts continus en matière de maîtrise des coûts", estime néanmoins le groupe. 


Un marché "difficilement prévisible" en 2012

Les efforts ne sont d’ailleurs pas terminés, loin s’en faut. "CMA CGM poursuit son programme de réduction des coûts qui devrait dès 2012 atteindre 400 M$. Dans ce cadre, CMA CGM bénéficiera également de la baisse des taux d’affrètement des navires qui générera 80 M$ d’économies en 2012".

Le groupe compte par ailleurs sur les "augmentations significatives des taux de fret à compter du 1er mars 2012". Encore faudra-t-il que les annonces soient suivies d’effet. CMA CGM ne cache pas que cette année, le marché reste "difficilement prévisible compte tenu de l’arrivée prévue d’un grand nombre de nouveaux navires". Un contexte peu propice aux hausses de prix.

CMA CGM, qui affirme être en mesure d’enregistrer des résultats positifs en 2012, asseoit enfin son optimisme sur le renforcement de sa performance opérationnelle, notamment via "la mise en œuvre des partenariats opérationnels avec MSC sur les lignes Asie/Nord Europe et Amérique du Sud, et avec Maersk sur les lignes Asie/Méditerranée, Adriatique et mer Noire".

Le groupe annonce enfin avoir réuni le 6 mars 2012 ses banques pour évoquer avec elles la volatilité du marché et ses conséquences.