publié le : 02-02-2012

Le trafic du grand port maritime de Rouen en 2011 s’inscrit comme le second meilleur millésime de son histoire après le record de 2010. Avec 25,4 Mt, il est en retrait de 4,8% par rapport à 2010, mais en augmentation de 9% par rapport à 2009.

Le trafic du port de Rouen en 2011, c’est aussi 5,8% de plus que celui de l’année 1999, précédente "seconde" meilleure année, avec 24 Mt.


Vracs liquides, vracs solides

Globalement, les trafics de vracs sont orientés à la baisse. Ils représentent au total 23,2 Mt, soit -5,4%. Les vracs liquides (12,2 Mt) perdent 2% tandis que les vracs solides (11 Mt) diminuent de 8%. Le niveau des vracs liquides a été marqué d’un chiffre record en 2010. L’année 2011 retrouve un chiffre plus habituel, mais tout de même de 5% supérieur à celui de 2009.

Côté vracs solides, l’essentiel de la contraction est le fait des sorties de céréales. Le tonnage exporté sur 2011 (7,5 Mt), en baisse de 16,8%, prend en compte le retour sur le marché des pays exportateurs de la mer Noire. Les autres vracs solides sont orientés à la hausse avec globalement 3,6 Mt (+16%), avec +4,7% pour les granulats, + 13,3% pour les engrais, etc.


Marchandises diverses : une volonté de développement

Les trafics de marchandises diverses, qui ont été affectés par les mouvements sociaux liés à la réforme portuaire début 2011, ont finalement achevé l’année sur une progression de 2,2% à 2,15 Mt. La principale composante, les trafics conteneurisés, marque un retrait de 4,2% avec 1,03 Mt, mais progresse en nombre d’unités manutentionnées (+0,8%), soit 130 598 EVP contre 129 585 EVP en 2010.

Les trafics de sacherie (95 000 t) sont en baisse de 13,9% tandis que les produits papetiers et forestiers (0,49 Mt) progressent de 6,9%.

Enfin, les autres marchandises diverses (0,53 Mt) marquent une croissance nette avec +16,9%, hausse conduite par les trafics de produits métallurgiques (0,43 Mt, + 31,2%).
"Les marchandises diverses font l’objet d’une volonté de développement de la part des autorités portuaires et des entreprises", note le GPMR.