publié le : 05-03-2012

Le prestataire logistique SED a mis en place depuis quelques mois un système de tri automatisé dans son entrepôt de Marly-la-Ville pour le compte du site marchand Brandalley. Dans cette plate-forme de 120 mètres de long sont stockées 160.000 références actives (gérées par le WMS Reflex), comprenant du textile, mais aussi des jouets, des bijoux, du petit électroménager... Tous ces articles sont placés dans des boites, ou sur cintres. Au moment de la commande, les produits sont d’abord prélevés manuellement puis acheminés jusqu’aux postes de préparation. Ils sont alors scannés et renvoyés, soit dans des nacelles, soit crochetés, selon la typologie du produit. Les articles d’une même commande sont ainsi regroupés et emballés. Une étiquette d’expédition est apposée automatiquement sur le paquet. Jérôme Liebeskind, directeur général de SED Logistique explique que ce système a été installé pour absorber la montée en charge du e-commerçant et répondre aux fortes variations de volumes, avec un maximum d’efficacité et au moindre coût : « Le système nous permet de traiter entre 10.000 et 20.000 commandes par jour. Compte tenu du nombre de références, c’est une performance que nous ne pourrions pas atteindre sans l’automatisation ». Pour réduire encore les coûts de préparation, SED entend mutualiser cet équipement avec plusieurs clients. C’est déjà le cas avec l’enseigne Jennyfer qui lui a confié la logistique de ses ventes sur le Net. Mais Jérôme Liebeskind voudrait attirer d’autres sites marchands : « Ces équipements peuvent fonctionner jour et nuit et nous aurions techniquement la possibilité de traiter d’autres clients multi-références pour des produits de petites tailles : des CD, des DVD, des livres, de la cosmétique... par exemple ». SED a connu une croissance de 15% en 2011. La société réalise 57 M€ de CA et emploie 600 personnes.