Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Trafics portuaires > Stabilité du trafic de Bordeaux en 2010
publié le : 06-01-2011

Le Grand Port Maritime de Bordeaux a terminé 2010 sur un trafic de 8.7 millions de tonnes, quasiment équivalent à celui de l’année précédente (8.75 millions de tonnes), 2009 étant en recul de 2.8% par rapport à 2008. « Marqué par un contexte social difficile et par la baisse des exportations de bois de tempête, le maintien du port à un niveau d’activité similaire confirme sa capacité à équilibrer ses trafics et à s’ancrer dans l’économie régionale », souligne le GPMB.
En 2010,les importations se sont élevées à 6.29 Mt, niveau équivalent à 2009. Les entrées de produits raffinés, premier trafic du GPMB, ont légèrement reculé (-1%) en début d’année suite aux déstockages effectués pour les opérations de nettoyage des cuves. La reprise industrielle et agricole a permis la hausse des importations d’engrais (+68 %). L’augmentation des prix des céréales et la reprise d’activité de Yara Ambès devraient, d’ailleurs, profiter largement à ce secteur en 2011. Dans le domaine de la construction, dont le ralentissement économique a affecté en 2010 les importations de granulats et de laitier, une reprise est attendue cette année, avec les grands chantiers de l’agglomération et de la région. 

L’an dernier, les exportations du port de Bordeaux, soit 2.42 millions de tonnes, ont marqué un léger repli. Les records de chargement de blé ont contribué à la hausse des exportations de céréales. Divers trafics industriels tels que le quartz (+43 %) ou la terre réfractaire (+70%) compensent en partie la baisse du trafic de bois issu de la tempête de 2009 (-49%) et celle du pétrole brut (-5%).
Grâce au bois de tempête, 2009 avait été une année record pour les conteneurs. En 2010, le GPMB subit logiquement la baisse de ces flux, mais se hisse, avec 55.000 EVP, au niveau des trois meilleures années réalisées sur ce trafic. 

Pour 2011, le GPMB poursuivra ses investissements, d’un montant de 18.7 millions d’euros, avec le démarrage de plusieurs grands projets, comme la création du terminal de Grattequina en rive gauche pour un coût total estimé à 20 millions d’euros (dont 13.7 pour les trois premières phases prévues au contrat de Projet Etat Région 2007-2013). Ce nouveau terminal permettra l’importation de granulats dans le prolongement des installations existantes (GSM) et l’exportation de pales d’éoliennes fabriquées par EADS Astrium sur l’Ecoparc de Blanquefort. Avec la mise en place d’une nouvelle offre ferroviaire et le détachement au port d’un collaborateur RFF, le GPMB affirme d’autre part sa volonté de renforcer et d’améliorer la desserte ferroviaire de ses terminaux.
Concernant la réforme portuaire, qui doit être finalisée d’ici avril, conformément à la loi, un nouvel avenant au contrat de cession a reporté le transfert effectif des outillages au 1er avril. « Ce délai supplémentaire a été rendu nécessaire pour prendre en considération la situation nationale relative aux négociations sur la pénibilité, et son impact sur les discussions locales liées aux détachements des personnels dans la nouvelle société BAT », précise le port.