Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Aeroports > Toulouse passe le cap de 50 000 T
publié le : 26-01-2012

L’aéroport de Toulouse-Blagnac a retrouvé les chemins de la croissance en 2011. La plate-forme a, en effet, terminé l’année sur une progression de son trafic fret de 5,1% à 51 015 tonnes.

En termes de progression, Toulouse fait mieux dans cet exercice que Marseille-Provence (+1,6% à 53 019 tonnes), mais sans parvenir à récupérer la place de n°1 des aéroports de provinces que lui a ravie en 2010 la plate-forme du Sud-Est.


Merci Airbus !

À Toulouse, la croissance du trafic est, tout d’abord, à mettre au crédit des vols charters, en hausse de 7,2% à 33 560 tonnes. Sans surprise, ce sont les vols constructeurs assurés par les "Beluga" qui ont porté cette progression et ce d’autant que les livraisons d’Airbus ont atteint de nouveaux records l’année passée. À 32 400 tonnes, la hausse s’établit donc à 5,7%.

Le fret express s’est bien comporté également avec un trafic atteignant les 15 319 tonnes, soit +4,3%. Et dans ce domaine, c’est la ligne sur Leipzig, où est implanté le hub européen de DHL Express, qui a connu la plus forte expansion (+147,4%). Derrière Roissy et Lyon, elle est devenue la troisième ligne pour l’importance de son trafic à 2 455 tonnes.

Le "general cargo" et les vols mixtes constituent, en revanche, une déception. Ils ont encore baissé de 17% à 1 976 tonnes, alors même que certains trafics comme ceux assurés sur La Réunion par Air Austral semblaient devoir monter en puissance.

Enfin, la Poste a repris un peu du chemin perdu en 2010 (+3,5% et 4 197 tonnes).


Éviter les évasions de trafic

Les responsables de l’aéroport entendent profiter des résultats d’une étude présentée aux opérateurs fret de la plate-forme le 20 septembre 2011 pour doper le trafic.

Déjà, ils ont mis en place l’envoi auprès de ces derniers des statistiques du trafic fret chaque mois. Une personne de la direction Stratégie et Développement est, par ailleurs, dorénavant dédiée pour répondre à toutes leurs questions en matière de développement. Bénéfice attendu : une meilleure réactivité, notamment lors de la réalisation de trafics ponctuels. Dans ce domaine, l’aéroport doit encore composer avec des infrastructures perfectibles, certains trafics lui échappant comme ceux liés au transport de chevaux.

En 2012, l’aéroport table sur une nouvelle progression du trafic de l’ordre de 5%. Et la bonne surprise de l’année pourrait être constituée par le retour en grâce des vols mixtes. Toulouse va, en effet, bénéficier de l’implantation d’une base Air France à partir du 1er avril 2012. La mise en place de seize nouvelles destinations et l’emploi d’appareils de plus grande capacité pourraient "booster" le trafic. Turkish Airlines va, de son côté, augmenter ses capacités fret à la faveur du passage en quotidien de sa liaison sur Istanbul à compter du 16 avril 2012.