Accueil du site > Actualités > Actualités Logistiques > Trafics portuaires > Trimestre contrasté pour Marseille
publié le : 03-05-2011

Au premier trimestre 2011, le Grand Port Maritime de Marseille, avec 21.8 millions de tonnes traitées, est parvenu à enregistrer une petite hausse de trafic de 1% par rapport à la même période de 2010. Ce résultat masque cependant une réalité difficile pour les vracs solides et les marchandises diverses, qui ont respectivement reculé de 19% et 11%, alors que l’activité passagers se contractait de 9%. Pour les marchandises diverses (3.5 millions de tonnes), les mauvais résultats sont attribués aux mouvements sociaux qui ont perturbé, en début d’année, l’activité des terminaux. Face à cette situation, les chargeurs ont contourné le port de Marseille-Fos, les clients attendant que la réforme portuaire entre en vigueur avant de revenir. La chute a été particulièrement marquée sur le segment des conteneurs, avec un trafic en baisse de 17% au premier trimestre. 
De leur côté, les vracs chimiques et alimentaires (0.86 million de tonnes) sont en léger recul (-1%) en raison du repli des échanges de soude et de biocarburants dont la production semble globalement diminuer en France. par ailleurs, la fermeture pour réfection d’un haut-fourneau d’Arcelor Mittal et l’arrêt de la prime à la casse qui avait stimulé le marché en 2010, ont pesé sur les échanges de vracs solides (2.2 Mt), qui ont régressé de 19% par rapport au premier trimestre 2010. 
Du côté des ferries et rouliers, l’activité vers la Corse a, elle aussi, été pénalisée par la longue grève qu’a connu la SNCM en février et mars. Cela s’est traduit par une baisse de 3% du trafic roulant et de 21% du trafic passagers vers l’Ile de Beauté. Les liaisons vers le Maghreb ont, pour le part, été marquées par la révolution en Tunisie, se soldant au premier trimestre par une chute de 33% du nombre de passagers transportés vers ce pays. 

Les segments porteurs

Heureusement, certains segments d’activité du GPMM ont montré une belle vitalité entre janvier et mars, permettant de compenser les secteurs en difficulté. C’est le cas des hydrocarbures, première activité du port en tonnage, qui ont présenté une hausse de 9% (15.3 millions de tonnes). Les importations de brut à destination de l’Europe sont en hausse de 6% avec en tête la raffinerie de Cressier en Suisse (+17% par rapport à 2010), alors que les raffinés gagnent 16% sur le trimestre. Quant au Gaz Naturel Liquéfié, il a progressé de 46% grâce au nouveau terminal méthanier de Fos-Cavaou. 
Toujours au niveau des bonnes nouvelles, les vracs agro-alimentaires ont augmenté de 24% en bénéficiant de la hausse des imports de sucre et de la forte demande de blé du fait du contexte mondial tendu (canicule en Russie et inondations en Australie). 
Enfin, si les lignes régulières de passagers étaient en recul au premier trimestre, la croisière poursuit son essor. De janvier à mars, plus de 54.000 croisiéristes ont transité par le port de Marseille (+43%), dont 40% en tête de ligne.