publié le : 18-05-2011

Pendant 4 jours, du 16 au 19 mai, 350 industriels et distributeurs en provenance de 77 pays sont réunis à Paris à l’occasion de l’Assemblée Générale de GS1. Les différentes délégations auront pour mission de travailler sur les standards qui régissent les échanges entre industrie et commerce. Mais plus encore. En effet, pour la première fois le board de cet organisme international devrait décider la mise en œuvre d’une infrastructure permettant à chaque consommateur de s’informer et d’interagir avec les produits. Une nouvelle étape vers ce que l’on appelle « l’Internet des objets » et qui consiste à donner un identifiant unique à chaque objet (un peu comme un numéro de sécu), permettant de le suivre partout où il va, tout au long de sa vie. Grâce à ce suivi il sera désormais possible pour le consommateur de tout savoir sur l’origine du produit, ses ingrédients, son parcours (du lieu de production au linéaire, son empreinte carbone, etc. « Chaque jour un être humain est entouré de 5.000 objets. A la maison, au travail, dans les magasins, l’Internet des Objets ouvre une multitude de possibilités et promet une qualité de vie jamais atteinte auparavant », prophétisait récemment Gérald Santucci, Président du groupe de travail sur la RFID. Peut-être. Mais ce n’est pas sans soulever de multiples questions techniques et éthiques qui ne manqueront pas d’alimenter les débats au cours de ces 4 jours