Accueil du site > Actualités > alerte économique sur le fret SNCF
publié le : 25-05-2012

"La situation est désormais telle que la pérennité de l’activité est en cause", estime la CGT Cheminots en faisant référence à la situation de Fret SNCF, dans un communiqué publié le 23 mai 2012.

La veille, les élus du Comité central d’entreprise (CCE) ont voté à l’unanimité le déclenchement d’une procédure de droit d’alerte économique. Objectif : "obliger la direction à justifier sa gestion".


Des attentes vis-à-vis du nouveau gouvernement

"Des questions précises ont été posées, portant sur la dette, la stratégie commerciale, les conditions de production et d’exploitation, la situation sociale... La direction a obligation de répondre 15 jours avant la prochaine réunion du CCE, qui aura lieu les 20 et 21 juin", précise la CGT Cheminots.

À l’issue de cette réunion, "si la gravité de la situation est confirmée, le droit d’alerte sera effectif et les élus pourront se faire assister par un expert", précise le syndicat. L’expert en question serait alors chargé de rédiger un rapport, "comportant aussi des propositions alternatives" et qui sera "présenté au conseil d’administration où siègeront les représentants du nouveau gouvernement".


Des pertes avoisinant 450 M€

Les chiffres donnent en tout cas une idée assez précise du déclin. Selon la CGT Cheminots, Fret SNCF a transporté 15 milliards de tonnes kilomètres et enregistré un déficit avoisinant les 450 millions d’euros en 2011, contre un trafic de 55 milliards de tonnes kilomètres et un déficit de 50 M€ en 2000.

Interrogé par l’AFP, Fabien Tosolini, porte-parole de la CFDT Cheminots, précise quant à lui qu’entre 2009 et 2011, les parts de marché de Fret SNCF sont passées de 83 à 71%, tandis que les filiales de la SNCF passaient de 2 à 11% et les concurrents de la SNCF de 16 à 18%. Parallèlement, l’effectif aurait chuté de 12 850 à 8 500 personnes prévues fin 2012.

La CGT Cheminots estime par ailleurs que depuis 10 ans, "les dirigeants et les plans se sont succédés, accélérant la spirale du déclin en sabordant les capacité productives et en dégradant les conditons sociales".